Trynis chapitre 2: Flëya

Trynis se situe dans un système très particulier : son étoile suit une orbite elliptique extrêmement excentrique autour d’une étoile beaucoup plus massive. Tout le système subit  donc l’influence de ce deuxième soleil, ce qui explique sa taille réduite (seulement cinq planètes), puisque la deuxième étoile a absorbé une bonne partie du disque protoplanétaire.

Trynis elle-même est la deuxième planète de ce système. La « Grande Catastrophe » dont parlent tant les « trynisiens » est probablement à l’origine de cet étrange contraste dont j’ai été témoin, particulièrement visible depuis l’espace : toute la partie ouest de la planète semble avoir été arrachée, fragmentée, éparpillée. Les îles volantes y sont plus fréquentes qu’ailleurs (je pense même qu’elles viennent de cette région) et l’eau elle-même s’y tord dans d’étranges méandres, formant des conduits au-dessus du noyau de la planète. Cette région est l’Aurandie, patrie des draconiens (qui peuvent s’y mouvoir sans soucis car la plupart sont dotés d’ailes).

La partie est rassemble plutôt les territoires féölïns. La seule lune de Trynis, Voslan (déesse des arts et de la lune chez les féölïns, ce nom est encore plus ancien que la catastrophe et est adopté par toutes les peuplades, bien que certains humains essaient d’imposer d’autres noms) est en orbite géostationnaire juste au-dessus du mont Tinghar, centre des rituels féölïns et toit du monde (13542 mètres et des bricoles).

Tyvaneir, Trynisologie, notes destinées à la grande bibliothèque d’Arcana

Flëya revenait de la cabane où vivait sa mère, dans le village de la tribu du mont sacré, auquel elle appartenait. Cela faisait plusieurs mois qu’elle ne lui avait pas rendue visite, des mois où elle avait subi ses rituels pour accéder au titre convoité de Chamane ritualiste de la tribu du mont sacré. Si les chamanes étaient révérés dans le monde féölïn, ceux de cette tribu l’étaient encore plus, car ils avaient le privilège d’occuper un lieu de haute importance pour les rituels chamaniques : le mont Tinghar lui-même.

Elle lui avait confié qu’elle devait participer à la méditation de Voslan, où elle accompagnerait la gardienne des rituels en personne. Un poste très envié parmi les aspirants !

Cependant, elle restait troublée.

Sa réussite aurait dû maintenir son moral au beau fixe, mes depuis qu’elle maîtrisait tout la profondeur des méditations, elle était harcelée par des visions assez… difficiles à assimiler. La guerre n’arrangeait rien, bien sûr, mais on trouvait également des éléments que Flëya ne comprenait pas, à part une chose : leur portée extrêmement importante. C’était un fait qui s’imposait dans son esprit. Elle espérait que la méditation collective et ritualisée de ce soir clarifierait cela.

En attendant, elle décida d’aller se reposer dans la canopée. Elle ressentait un besoin impérieux de solitude.

L’heure du rituel approchait. Flëya rejoignit la petite procession qui quittait le village. Après une ascension d’une vingtaine de minutes, ils atteignirent la cuvette qui permettait de faire face à la montagne sacrée, dominée par la lune Voslan. Les différents participants se disposèrent en cercles concentriques.

– « Tout est prêt ? Bien, commençons ! »  La gardienne des rituels fit un signe de tête à Flëya, qui lança alors la poudre de champignon Zeltrana macroscopa dans le feu, qui prit une teinte violette. Elle s’assit ensuite en tailleur. Les autres participants au rite l’imitèrent.

– « Laissez-vous bercer par le feu, laissez les images des songes et de l’avenir venir à vous ».

Flëya laissa ses propres paroles l’engourdir tandis qu’elle f aisait dériver son regard dans le feu. Elle commença à distinguer d’étranges visions.

Une sombre cité, dans laquelle déambulait d’étranges individus en toge noire…

Une ville dont les habitations semblaient fixés sur des parois rocheuses où des îlots flottants, tandis que la population-reptilienne-volait dans ses rues, dont le sol n’était qu’un gouffre vertigineux où se mêlait l’air, la terre, le feu et l’eau…

Les couloirs d’un palais humain, où une jeune femme sortait d’une salle de banquet. Il se dégageait d’elle une impression de portée implacable pour l’avenir…

Tout paru soudain beaucoup plus réel, et Flëya s’aperçut, qu’elle se trouvait au sommet du mont Tinghar, alors que le rituel avait commencé beaucoup plus bas. La masse gigantesque de Voslan s’imposait à elle. 

Soudain, une géante féölïne aux cheveux argentés et d’où émanait une douce lueur sembla sortir de l’air ambiant. Flëya reconnut immédiatement en elle la déesse féölïne Voslan, démiurge des arts et de la lune. Elle s’inclina avec respect. Voslan s’adressa directement à son esprit[1].

–  « FLËYA, CHAMANE RITUALISTE DE LA TRIBU DU MONT SACREE » commença l’apparition, d’une voix indéniablement féminine, mais qui semblait multiple et venir de partout à la fois.

L’intéressée était extrêmement tendue. Une vision aussi claire, qui s’adressa à elle si directement, était à coup sûr exceptionnelle !  Elle ne savait même pas si cela s’était déjà produit…

« LE TEMPS DE LA CONVALESCENCE EST REVOLU

LES CONSEQUENCES DU CATACLYSME VONT SE LIBERER

LES FACTIONS DE L’AUBE ET DU CREPUSCULE ONT COMMENCE LEUR AFFRONTEMENT

QUATRE INDIVIDUS S’IMPOSERONT A TOUS EN TANT QUE GUIDES

EN DES LIEUX ON LOUERA  LEURS NOMS, EN D’AUTRES ON LES MAUDIRA »

Tout cela était ben joli, mais quelle était son rôle à jouer, se demanda Flëya.

-« FLËYA DE LA MONTAGNE SACREE ! » tonna la déesse, comme si elle grondait Flëya de ne pas lui accorder assez d’attention.

-« PAR LA GRÂCE DE TEHANTRYA, LA TERRE DES FEÖlïNS EST LA PLUS PRESERVEE.

TU DOIS RECHERCHER LES VESTIGES… DE L’ANCIEN MONDE,  DE L’ÂGE D’OR. »

La déesse semblait avoir de plus en plus de mal à communiquer.

-« LES LEÇONS  DU PASSEE… ET DU PRESENT…. DOIVENT GARANTIR L’AVENIR.

LES…DIEUX …N’ONT PAS…TOUTES…LES… »

La vision se brouilla, puis Flëya tomba dans un abîme sans fin d’étoiles.

Elle ouvrit les yeux, elle était revenue à son point de départ. Autour d’elle, les autres participants au rituel sortaient de la transe. Quelles visions avaient-ils pu avoir ? Chaque expérience était unique. Mais elle n’avait pas le temps de se le demander. On lui avait donné une quête.

–  « Un rite magnifiquement orchestrée, Flëya. Félici… Qu’as-tu donc ? »  lui fit la gardienne.

– « Je… Voslan m’a parlée… Elle m’a chargée d’accomplir quelque chose… » bredouilla Flëya, encore sous le choc de l’imposante vision.

Plutôt que d’en être étonnée, la gardienne fut directe :

– « Alors tu dois le faire. Les dieux s’adressent rarement directement à leurs fidèles, et jamais pour des choses futiles. »

– « Elle m’a demandée d’explorer les ruines. »

– « Elles sont pourtant censées être maudites… Le mieux est de n’en parler à personne. L’idéal serait que tu partes le plus vite possible, dans un ou deux jours au pire. Je vais contacter la grande matriarche Myyrt pour lui demander conseil. Elle sait où se situe les différents sites. »

Flëya acquiesça. Un long voyage l’attendait.


[1] Il est impossible de rendre avec justesse la mesure de la conversation qui suit. Elle a lieu dans un royaume de songes et de vision, où le temps n’a pas de valeur conventionnel. Par souci de clarté,  j’ai retranscris l’intégralité des informations que Flëya nous a légué. Pour plus de détails, lire Des contraintes planaires du multivers par Nexus, Arcana

~ par Tyvaneir sur 13 juin 2012.

Une Réponse to “Trynis chapitre 2: Flëya”

  1. Ce chapitre reste celui dont je suis le moins fier. Je l’ai retravaillé, viré quelques passages particulièrement plats, réécrits entièrement d’autres, mais il manque toujours un petit quelque chose… J’aime beaucoup plus les chapitres suivants! Et promis, je travaille aussi sur la partie 3 de mon article sur l’évolution!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :